SEARCH SITE BY TYPING (ESC TO CLOSE)

Skip to Content

Biodynamie

LA BIODYNAMIE

L’agriculture biodynamique est l’un des courants fondateurs de l’agriculture biologique. Dès le début des années 1920, des agriculteurs s’inquiètent de constater certains phénomènes comme la dégénérescence des plantes cultivées, la perte de fécondité des troupeaux ou la diminution de la qualité des aliments. Ils font alors appel à Rudolf Steiner (1861-1925), philosophe et scientifique autrichien connu pour être le fondateur de l’Anthroposophie, un courant de pensée qui intègre les composantes psychiques et spirituelles du monde dans sa démarche scientifique. Rudolf Steiner donna alors en 1924 un cycle de huit conférences connues sous le nom de Cours aux agriculteurs, où il posa les fondements théoriques et pratiques de cette agriculture qui cherche à saisir la nature profonde de la terre, des plantes et des animaux pour travailler en les respectant.

Celle-ci se veut globale, avec une forte recherche d’autonomie, et un travail avec l’ensemble des éléments et forces de la nature. Le rôle crucial d’observateur permet à chacun d’appliquer, sur sa ferme, des mesures concrètes adaptées à ses besoins. Celles-ci relèvent des bonnes pratiques agronomiques et biologiques, mais peuvent aussi être plus spécifiques à la biodynamie : préparations biodynamiques, tisanes, respect des rythmes cosmiques et de la nature…

L’aspect essentiel de la biodynamie est l’usage de préparations pour stimuler les processus de vie dans le sol et les plantes. Ces préparations biodynamiques, élaborées à partir de plantes médicinales, de bouse de vache ou encore de cristaux de quartz, sont utilisées à dose homéopathique pour leur action énergétique, avec des effets probants sur le processus de compostage, la structuration des sols, la santé des plantes cultivées ainsi que sur la qualité alimentaire et gustative des produits obtenus

La bouse de corne (préparation 500)

est le résultat de la maturation de bouse de vache dans une corne de vache, enterrée dans le sol, pendant toute la période hivernale. Destinée au sol, cette préparation en favorise la vie et amplifie la constitution d’une structure grumeleuse. Elle favorise la croissance des racines en profondeur (force de croissance). Elle favorise également le lien entre la plante et le sol (forces de sensibilité). Les cultures deviennent ainsi plus résistantes aux périodes sèches et se lient fortement à leur « terroir »

Bouse corne préparée (préparation 500P)

Réalisée et expérimentée au départ par Alex Podolinski en Australie, la bouse de corne préparée (500 P) est de la bouse de corne (500) dans laquelle les six préparations habituellement destinées au compost ont été ajoutées selon un procédé particulier. Elle peut être utilisée à la place de la bouse de corne traditionnelle afin d’appliquer les six préparations spécifiques du compost là où celui-ci est peu ou pas employé.La bouse de corne préparée (500P) a fait ses preuves tant dans les grandes cultures, la culture des prairies, le maraîchage, l’arboriculture, que la viticulture et il est souhaitable de l’employer partout où c’est possible. Elle remplace avantageusement, et en un seul passage, le triple épandage de compost de bouse suivi d’une pulvérisation de « bouse de corne simple ».

La silice de corne (préparation 501)

s’adresse plus particulièrement à la partie aérienne des plantes (force de différenciation). Elle est obtenue par une longue maturation de poudre de silice dans une corne de vache, enterrée dans le sol durant la période estivale. La pulvérisation de silice de corne agit comme un surplus de lumière solaire pour les plantes. Elle rend les plantes plus sensibles aux influences subtiles du cosmos, favorise la photosynthèse et a un effet positif sur les couleurs, saveurs et arômes. Elle freine une trop grande luxuriance et favorise la structure des plantes qui deviennent plus résistantes aux maladies, particulièrement aux maladies cryptogamiques. Elle améliore également la maturation des fruits et légumes, et leur conservation.

Ces préparations sont brassées (dynamisées) dans l’eau tiédie durant une heure avant d’être pulvérisées, sur le sol en grosses gouttes pour la 500 et 500P, comme un fin brouillard pour la 501. A l’image de la médecine homéopathique, les quantités employées sont très faibles : une centaine de gramme dans un volume de 30 à 50 litres d’eau par hectare pour la bouse de corne ; 4 grammes par hectare seulement pour la silice de corne.

Les préparations du compost

Le compostage en tas avec l’apport des préparations biodynamiques du compost est une pratique importante pour les biodynamistes. Ces six préparations sont élaborées à partir de plantes médicinales :

Préparation d’achillée millefeuille (502)

Elle joue un rôle particulier dans la mobilité du soufre et de la potasse

La préparation d’écorce de chêne (505)

Elle a un rapport avec le calcium et régularise les maladies des plantes dues à des phénomènes de prolifération, d’exubérance.

Bouse coLa préparation de camomille matricaire (503)

Elle est liée au métabolisme du calcium, elle régularise le processus de l’azote.

La préparation de pissenlit (506)

Elle joue entre autres un rôle important vis-à-vis de l’acide silicique.

La préparation d’ortie (504)

l’azote et le fer, elle renforce l’influence des deux premières préparations. Elle donne au compost et au sol une sorte de sensibilité et favorise une bonne humification.

La silice La préparation de valériane (507)

Elle aide à la mobilité du phosphore dans les sols et forme une sorte de manteau de chaleur protecteur autour du compost, une peau indispensable à tout organisme.

Dans le Cours aux agriculteurs, Rudolf Steiner souligne abondamment l’influence de la périphérie cosmique sur la vie des plantes et des animaux. Il évoque notamment les influences solaires et lunaires, mais parle aussi de celles des autres planètes du système solaire, ainsi que des influences plus lointaines provenant du zodiaque.
Il existe une dimension physique bien connue de ces influences : il s’agit de la gravitation exercée sur Terre par le Soleil et la Lune : c’est cette force qui provoque les marées et qui agit également sur la dynamique des courants de sève chez la plante.
Cependant, les influences (ou forces) que l’on tente de mettre à profit en biodynamie ne sont pas seulement de nature physique. La Lune et les planètes agissent d’un côté sur le développement et la croissance des plantes, et d’un autre côté sur leur maturation et leur capacité à se reproduire. Quant aux influences lointaines du zodiaque, elles sont davantage liées au monde animal (comme son nom l’indique : zoo-diaque = cercle des animaux) et aux processus d’individualisation et d’évolution sur le long cours.
A la suite de Steiner, plusieurs chercheurs (citons principalement Lily Kolisko, Hartmut Spiss, Maria Thun, Ernst Zürcher) se sont intéressés à ces phénomènes et ont pu établir des liens entre les différents rythmes cosmiques et les processus du vivant : germination, croissance et développement, différenciation, floraison, fructification…). Dans la pratique, ces observations sont traduites dans des “calendrier des semis”, avec des indications pratiques pour les différents travaux agricoles : périodes de semis, de plantation ou de travail du sol, moments favorables pour la taille, la récolte ou encore la vinification et toutes les transformations agroalimentaires (pain, fromage…).

to-topto-top